Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Reload Captcha

    Activités

    Une étude pour comprendre le phénomène de l’orpaillage
    24-03-2016
    397

    Informations supplémentaires

    Une étude pour comprendre le phénomène de l’orpaillage

    La Direction de la Zone Sud-ouest (DZSO) de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR), en charge de la gestion du Parc national de Taï a organisé, le vendredi 19 février 2016 à Buyo, la première session du Comité de Concertation et de Suivi des activités d’Orpaillage à la périphérie du Parc national de Taï, pour l’exercice 2016.

    Ce comité créé en 2014 par arrêté préfectoral est une plate-forme de concertation qui implique, outre les autorités administratives et judiciaires, l’OIPR, la SODEFOR, les services techniques des Ministères de l’Environnement et des Mines, les populations riveraines et les opérateurs économiques.

    Il s’est agi au cours de cette session, présidée pour la circonstance par Monsieur DJEBI Djè Achille, Préfet du Département de Buyo, en l’absence du Préfet de la région de la Nawa, Président statutaire, de présenter le bilan de l’année écoulée, d’instruire les membres du comité sur le programme national de rationalisation de l’orpaillage et de leur présenter les résultats de l’étude portant sur les activités d’orpaillage dans l’Espace Taï.

    Il ressort de ces communications que le comité a bien fonctionné en 2014 et 2015, avec la tenue de deux sessions et d’une visite de terrain. Par ailleurs, son soutien est attendu pour la mise en œuvre du programme national de rationalisation de l’orpaillage dans la région de la Nawa.

    Quant aux résultats de l’étude sur l’orpaillage dans l’espace Taï, ils ont mis en évidence la persistance voire la recrudescence de cette activité dans la zone périphérique. Cette infraction est également constatée dans le parc.

    Selon cette étude, l’orpaillage, mené de façon clandestine dans l’espace Taï, aurait pour catalyseur, la pauvreté, la pression foncière, le niveau de rémunération des autres activités jugé trop bas, l’afflux de migrants économiques dans la zone, mais aussi la récente récupération de zones occupées par les cultures.

    Comme conséquences, cette activité entraîne la dégradation de la biodiversité et des écosystèmes mais aussi la déscolarisation, car « les enfants qui s’adonnent à l’orpaillage ne retournent plus à l’école dans la plupart des cas » a révélé le consultant qui a présenté cette étude.

    A l’issue de ces communications, le comité, présidé par le Préfet du Département de Buyo en l’absence du Préfet de la Région de la Nawa, a formulé des recommandations à l’endroit des structures techniques impliquées. Ce sont entre autres la poursuite de la sensibilisation des populations sur les méfaits de l’orpaillage clandestin, le renforcement de la protection du Parc national de Taï et le renforcement des initiatives pour le développement de la zone périphérique du Parc national de Taï.

    Copyright © 2017 OIPR - Tous droits réservés
    06 BP 426 Abidjan 06 - Tel : (225) 22 41 40 59 - Fax : (225) 22 41 38 67 - Email : info@oipr.ci
    Conception & Hébergement : Servitis

    Please publish modules in offcanvas position.