Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Reload Captcha

    Activités

    Domestication des plantes forestières utilisées à des alimentaires
    23-09-2015
    381

    Informations supplémentaires

    Domestication des plantes forestières utilisées à des alimentaires

    Les populations riveraines du Parc national de Taï ont été encouragées à plus de responsabilité dans la gestion des ressources naturelles.

    En effet, la Direction de Zone Sud-ouest de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (DZSO/OIPR) a organisé à Tchétaly (V1), village de la Sous-Préfecture de Buyo, en collaboration avec ses partenaires, une cérémonie de lancement du processus d’élaboration d’une convention locale de gestion des ressources naturelles couplée à une distribution de plants d’arbres fruitiers forestiers aux premiers bénéficiaires s’inscrivant dans le cadre de l’initiative agroforestière conduite en collaboration avec l’ONG Conservation Taï.

    Il s’agit notamment d’arbres fruitiers consommés par les populations riveraines, en particulier, les espèces Irvingia gabonensis, encore appelé Sackô ou Kaklou ou encore Kplé en langues locales, Ricinodendron heudelotii ou Akpi et Beilschmiedia mannii couramment appelé Bitéa.

    Cette initiative de promotion d’une agriculture durable à la périphérie du Parc national de Taï (PNT) à travers le développement d’une agroforesterie utilisant les plantes alimentaires utiles aux populations devra favoriser leur adhésion à la gestion et à la conservation de l’intégrité écologique du Parc national de Taï.

    Ce choix de plantes alimentaires assurera une régénération et une préservation des services d’approvisionnement fournis par la biodiversité de l’espace Taï. Par ailleurs, cette action contribuera, à n’en point douter, à assurer aux populations rurales locales des revenus additionnels substantiels.

    La présente cérémonie, présidée par Monsieur le Préfet du Département de Buyo, Monsieur DJEBI Djè Achille, a été marquée par trois (03) temps forts. En effet, après l’ouverture de la cérémonie par le Préfet du Département de Buyo, les responsables de l’OIPR et de la GIZ/PROFIAB présents, ont, dans leurs exposés respectifs, instruit les participants sur la démarche de la convention locale et les résultats déjà enregistrés dans la mise en œuvre de cette initiative.

    Le programme de la journée a, à la suite de cette cérémonie de lancement, été meublé par une visite de site de production de 3.000 plants financé par le programme Small Grants Program du Fonds de l’Environnement Mondial au profit de l’ONG locale dénommée Conservation Taï.

    Cette étape a été couronnée par une opération de distribution et de planting symboliques d’arbres sur le site pilote d’agroforesterie destiné à servir de parcelle témoin en vue de susciter un certain engouement pour l’initiative au sein de la population.

    Revenant sur la portée de cette action, Monsieur le Préfet dans un franc discours a exhorté la population à s’engager résolument dans la démarche préconisée par les gestionnaires du Parc national de Taï et leurs partenaires, en l’occurrence la Coopération Allemande au Développement (GIZ). Il a insisté sur la nécessité de faire évoluer leur attitude de réticence face au projet vers une franche collaboration, bénéfique non seulement pour la protection du Parc national de Taï mais aussi pour l’amélioration de leurs conditions de vie à travers la diversification de leurs sources de revenus.

    Les autorités présentes à cette cérémonie se sont réjouies de la mobilisation des femmes et de leur implication active dans ce processus.

    En outre, il a été recommandé au cours de cette rencontre, à la suite de préoccupations soulevées par les femmes, que les autorités coutumières facilitent l’accès de ces dernières à la terre afin de permettre aux intéressées de planter aussi ces arbres fruitiers qui pourront contribuer à assurer leur autonomisation, et partant, leur permettre de participer aux dépenses de leurs ménages respectifs.

    C’est dire que les prochaines étapes du processus qui consisteront en des concertations regroupant les parties prenantes à la gestion du Parc national de Taï et les populations devront se pencher sur toutes les questions de développement humain harmonieux qui préoccupent les populations de Tchétaly, Wonséaly, Gbliglo et Gnagboya, dans la Sous-Préfecture de Buyo.

    Copyright © 2017 OIPR - Tous droits réservés
    06 BP 426 Abidjan 06 - Tel : (225) 22 41 40 59 - Fax : (225) 22 41 38 67 - Email : info@oipr.ci
    Conception & Hébergement : Servitis

    Please publish modules in offcanvas position.