Activités

Le Parc national de la Comoé retiré de la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en péril

Le Parc national de la Comoé retiré de la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en péril

Très bonne nouvelle pour la Côte d’Ivoire. Le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, réuni en sa 41ème session à Cracovie en Pologne,

depuis le 02 juillet 2017, a décidé de retirer le Parc national de la Comoé (PNC) de la liste du patrimoine en péril. La raison qui a milité en faveur de cette décision n’est autre que l’amélioration de l’état de conservation de ce site de 1.149.150 ha en termes de faune et de son habitat. Les efforts déployés par la Côte d’Ivoire, à travers l’OIPR et sous la houlette du ministère de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable ont été salués par l’ensemble des experts. Il est bon de noter que lors de la 40ème Session du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO qui s’est tenue à Istambul, en Turquie, du 10 au 17 juillet 2016, le Colonel Tondossama Adama, Directeur Général de l’OIPR, avait fait le point sur l’état de conservation du PNC et des autres aires protégées inscrits sur la liste du patrimoine en péril.

L’OIPR s’était donné pour objectif le retrait du PNC de ladite liste à l’horizon 2017. Dans cette perspective, des actions de taille ont été entreprises. Des résultats probants ont été obtenus grâce à une bonne mise en œuvre du Projet d’Appui à la Relance de la Conservation des Parcs nationaux et Réserves de Cote d’Ivoire (PARC-CI) financé par le FEM et administré par la Banque mondiale sur la période 2010-2014. Après ce projet, divers autres appuis, notamment celui du Fonds du Patrimoine mondial de l’UNESCO et du Projet de Conservation des Ressources Naturelles (CORENA) financé par l’Agence Française de Développement (AFD) ont permis de renforcer les acquis du PARC-CI. Il s’agit, principalement, de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du Parc, la mise en œuvre de toutes les fonctions de gestion, à savoir, la surveillance, les mesures riveraines, l’écotourisme, le suivi-écologique, l’information, l’éducation et la communication.

Suite à tous ces efforts, des espèces emblématiques du PNC que l’on pensait disparues comme l’éléphant et le chimpanzé ont été plusieurs fois observées de nouveau. Fort de tous ces acquis, la Côte d’Ivoire a sollicité et obtenu de l’UNESCO la conduite d’une série de missions par des experts qui ont pu noter que la Côte d’Ivoire avait fourni tous les efforts requis pour que lebien retrouve toutes ses potentialités permettant de solliciter son retrait de la liste des sites en péril.

C’est donc une belle victoire pour la Côte d’Ivoire de voir toute la Communauté Internationale reconnaitre les efforts accomplis en retirant le Parc national de la Comoé, lors de cette 41ème session de la liste de ses sites en péril. Et ce, à la grande joie de Mme Anne OULOTO, Ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable, chef de la délégation Ivoirienne au sein de laquelle se trouvent Mme Kaba Nasséré, le Directeur de Cabinet Adjoint, le Colonel Tondossama Adama, Directeur Général de l’OIPR et le Commandant Kouadio Yao Roger, Directeur de la Zone Nord-Est de l’OIPR, en charge du Parc national de la Comoé. La 41ème Session se poursuit jusqu’au 12 juillet prochain.

 

Voir photos

 

Lu 192 fois Dernière modification le mardi, 08 août 2017

Partenaires

coperation_allenande.pngcre.pngcsrs.pngfpr.pnggiz.pngkfw.pngwild.pngwwf.png